Connexion

Connexion

Municipales 2020

Accélérer la mobilisation de tous nos concitoyens

À visualiser : Interpellation des candidat.e.s par le président d'Écopôle

Si nos concitoyens sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales, il est fort probable qu’ils ne sont pas encore mobilisés à la hauteur des enjeux. Mais qu’en pensent la centaine de candidates et candidats aux élections municipales des communes de l’agglomération nantaise ?
Voici leurs réponses, communes par communes, à l’interpellation du président d’Ecopole, sur leurs actions en faveur de la mobilisation et l’implication de nos concitoyens…

En gras : réponses reçues de la part de candidat.e.s des communes concernées

BASSE-GOULAINE

BOUAYE

BOUGUENAIS

BRAINS

carquefou

coueron

indre

la chapelle sur erdre

la montagne

le pellerin

Les soriniÈres

mauves-SUR-loire

nantes

orvault

reze

sautroN

saint aignan de grand lieu

saint herblain

saint jean de boiseau

saint leger les vignes

saint sebastien sur loire

sainte luce sur loire

thouare sur loire

vertou

Voir en plein écran


BASSE-GOULAINE


BOUAYE

Sophie PAVAGEAU - Ensemble décidons Bouaye

"Quelles actions marquantes prévoyez vous de mettre en place ?
De manière générale, nous avons une vision du développement durable qui est transverse à toutes les actions que nous allons mettre en place. Il ne s'agit pas de garder cette thématique dans un coin, mais de la mettre au centre des préoccupations de chacune des actions et des projets que nous porterons. Qu'il s'agisse de l'urbanisme, avec la mise en place de réglementations plus drastiques à l'égard des promoteurs, de l'offre de moyens de transports publics que nous souhaitons densifier compte tenu de la progression du nombre d'habitants à Bouaye mais aussi en terme de qualité de vie avec notamment la mise en place de dispositifs d'analyse de l'air dans les endroits sensibles de la ville afin de communiquer au plus grand nombre la qualité et la composition de l'air que nous respirons (proximité immédiate de l'aéroport de Nantes Atlantique, projet d'usine de bitume à chaud, Colas). Par ailleurs, nous mettrons en place des formations intergénérationnelles aux éco-gestes afin de que toutes et tous puissent agir à leur niveau dans ce défis de taille.

Comment envisagez-vous d'associer d'autres réseaux, associations, organismes et autres collectifs afin d’élargir ces actions vers un public de plus en plus large ?
A la fois, nous voulons mettre en place une communication transparente et visible vis-à-vis de notre dispositif d'analyse de la qualité d'air (via le site internet de la mairie ainsi que le panneau d'affichage public) afin que les citoyens puissent s'emparer de ces thématiques. Nos modules de formation aux éco-gestes à destination de toutes les générations, nous permettra de faire intervenir des acteurs associatifs divers pour promouvoir des gestes, des habitudes et mettre en avant des informations pour que les Boscéennes et Boscéens deviennent des citoyens éclairés des enjeux et solutions au dérèglement climatique. Enfin, nous souhaitons également mettre en place un accueil de start-up innovantes dans les technologies liées au développement durable afin de faire de Bouaye une ville test de ces technologies révolutionnaires qui permettront de répondre en partie aux enjeux auxquels nous sommes dores et déjà confrontés.

D’une manière générale, quels moyens allez vous déployer et mettre en œuvre pour qu’un maximum de citoyens se sentent impliqués et participent pleinement à cette transition écologique ?
La réponse à cette question se trouve en partie dans la réponse fournie ci-dessus, avec des éléments de communication transparents, l'organisation de formations ouvertes à toutes et tous. Par ailleurs, nous allons également oeuvrer par des gestes très concrets pour éduquer et sensibiliser au fur et à mesure les populations. Cela passera par la mise en place d'une nouvelle aire de covoiturage plus proche du centre bourg équipée de bornes de recharge électriques, l'installation de composteurs publics afin que tous les habitants puissent bénéficier de solutions de revalorisation, la pérennisation d'un lieu type "repair café" ou encore la mise à disposition annuelle dans le bulletin municipal d'un étiquette "stop pub" à destination des nouvelles populations boscéennes afin de les aider à réduire les déchets.

Par ailleurs, voici les éléments récapitulatifs de notre programme "développement durable"
-  https://www.youtube.com/watch?v=xHftFKkBnr0
https://youtu.be/rE70jqLEQW4?t=120 (à partir de 2'00'')

Enfin, nous vous faisons également part de la réponse que nous avons communiqué dans le cadre du réaménagement de Nantes Atlantique auprès des associations concernées et qui vient d'être publiée :
-  https://twitter.com/COCETA3/status/1237682470461587456 
-  https://coceta.org/4M2020/Pavageau-NA.pdf "


BOUGENAIS

Gauthier LORTHIOIS - Bouguenais en Commun-s

"Bouguenais est depuis très longtemps engagée dans la défense de son environnement et la protection de son agriculture et de ses zones naturelles sensibles.

Nous avons été précurseurs dans les politiques environnementales. Notre programme est dans la filiation de ce qui s’est fait depuis longtemps. Pour autant, nous souhaitons « mettre un coup d’accélérateur », d’où un programme porteur de nouveaux projets environnementaux.
La nécessité de conserver les espaces naturels et agricoles, de développer la nature en ville pour préserver la biodiversité et répondre à l’urgence climatique est aujourd’hui reconnue. Elle est dorénavant imposée par le droit. Mais bien avant cela et sous l’impulsion des politiques menées par les municipalités de gauche, Bouguenais était déjà un territoire d’expérimentation. Nous sommes parmi les précurseurs d’une politique d’agriculture péri-urbaine. Le projet alimentaire territorial et notre volonté d’accueillir des activités « de la terre à l’assiette » doit permettre à tous les Bouguenaisiens et Bouguenaisiennes de s’alimenter avec des produits bios, locaux, de saison et économiquement accessibles à tous.

1. Quelles actions marquantes prévoyez-vous de mettre en place ?

Nous devons protéger nos espaces naturels. Les protéger ne veut pas dire les sanctuariser, mais les valoriser écologiquement. Entre les coteaux de Bouguenais et nos rives de Loire, il est possible de mener des projets innovants en matières environnementale et culturelle. Ceux-ci devront permettre la préservation et lavalorisation des espaces naturels et des activités déjà existantes (pêcheries de port Lavigne, Ile Botty, cales de Loire, activités éphémères ou saisonnières...).
La Roche Ballue est un site naturel de loisirs dédié à l’éducation à l’environnement et à la détente, accessible à toutes et tous et qui joue un rôle dans la préservation de la biodiversité de la vallée de la Loire. Nous serons fiers d’en fêter les 20 ans d’existence en 2021 !

Dans la ville même, il est essentiel de créer des îlots de fraîcheur au travers de mini-forêts comme avec le concept « mini big forest » déjà expérimenté dans le nord de l’Europe, et depuis 2019 à Bouguenais. Les trames vertes (pour les animaux et végétaux), bleues (pour le milieu aquatique), noires (pour les animaux nocturnes) sont à préserver et à développer pour favoriser les corridors de biodiversité et lutter contre la chaleur. Tout aménagement du territoire est analysé par ce prisme prioritaire.

Nous voulons faire de la qualité de l’air un enjeu prioritaire, en demandant aux autorités compétentes les stations et campagnes permettant un suivi permanent, et une communication accessible à tous. Nous développerons la présence de la nature et de l’arbre en ville, rendant moins minéraux les espaces publics.

En exemple la place de l’église qui de parking devient place piétonne accueillant 6 arbres.
La présence d’arbres fruitiers servant à tous est pour nous, un symbole du passage du commun aux communs. Le travail est d’ores et déjà entamé avec des citoyens volontaires sur des parcelles communales dont le plan de gestion leur est confié. De même, nous soutenons les jardins de poches et les jardins partagés qui sont de nature à apaiser le milieu urbain.

Nous voulons également encourager les déplacements doux et l’utilisation des transports en commun, et ce par le développement de la connaissance de chemins urbains sécurisés pour piétons et pour vélos rabattant sur des arrêts de transports en commun.
Nous voulons également encourager la pratique des vélo-bus pour les écoles en organisant un prêt de vélos adaptés pour le transport par des parents d’enfants de leur quartier.

2. Comment envisagez d’associer d’autres réseaux, associations, organismes, et autres collectifs afin d’élargir les actions vers un public de plus en plus large ?

Nous voulons co-construire avec les riverains des poches de nature en ville ou en village, Il faudra si le besoin en est exprimé, construire un dialogue associé à une expertise citoyenne appuyée par des associations locales ou ayant une représentation locale. La connaissance du milieu environnemental, social et culturel est une condition de la réussite de ces projets. L’expérience et l’émancipation participe de l’éducation populaire. A Bouguenais la gauche a toujours porté ces valeurs et plus que jamais nous souhaitons les développer en direction des actions environnementales

Nous voulons continuer à promouvoir l’agriculture de proximité et respectueuse de l’environnement, favoriser l’installation d’AMAPS, les soutenir et encourager les citoyens à participer.
Nous contribuons au Projet Alimentaire de Territoire, facteur de résilience alimentaire, et nous encourageant une alimentation locavore saine, respectueuse de l’environnement en circuits courts ; Le succès de notre centre sociaux-culturel démontre bien, qu’au travers de cours de cuisine et d’échange de pratiques par l’utilisation des ingrédients issus de l’agriculture bio et locale, un intérêt croissant des habitants, nous souhaitons le développer encore plus en démultipliant ces actions sur notre territoire.
Nous voulons continuer à promouvoir le développement durable et la résilience (adaptation positive aux changements) dans tous les aspects de l’action municipale, par la sobriété en énergie, en eau... et ce, dans la continuité de l’action municipale engagée depuis de nombreuses années (travaux d’économie d’énergie, développement du photovoltaïque ,etc.) ;
Nous voulons renforcer le lien avec les bailleurs, les associations de quartier, et les riverains pour la création de jardins et potagers partagés au plus près des habitations ;
Nous voulons renforcer le rôle pédagogique du service espaces verts pour diffuser auprès de la population les pratiques efficaces et respectueuses de l’environnement ;
Nous voulons entamer la réflexion pour créer un lieu culturel atypique en s’appuyant sur le patrimoine historique et naturel de notre commune en accord avec les associations ;
Nous voulons mener 2 fois au cours du mandat un diagnostic en marchant ouvert à tous sur l’ensemble du territoire de la commune pour repérer les anomalies et les améliorations en matière d’environnement.

3. D’une manière générale quels moyens allez-vous déployer et mettre en œuvre pour qu’un maximum de citoyens de sentent impliquer et participent pleinement à la transition écologique ?

Nous voulons accompagner la création d’un conseil de citoyens sur le mode d’un conseil de développement, apte à rendre des avis et à réfléchir sur le devenir de la commune, sur sollicitation de l’équipe municipale ou à sa propre initiative.

Créer de nouvelles commissions extra-municipales, avec représentation d’associations et de citoyens intéressés au sein desquelles des orientations et des projets de délibérations seront présentés avant les Conseils Municipaux, l’ordre du jour pourrait émaner à la fois de la ville mais aussi des habitants sur des points sur lesquels ils auront à travailler ;
Mettre en place des élus de quartier voire de rues, accompagnant les politiques publiques, en lien avec les élus chargés des différentes compétences et avec des référents citoyens ou habitants-relais ;

Nous continuerons à soutenir les initiatives collectives (la Clé des champs, Parents à tâtons, associations sportives et culturelles...) qui contribuent à la formation du citoyen et à l’accompagnement éducatif, rendent accessibles et renouvellent les activités de loisirs (politique tarifaire, ouverture à de nouvelles pratiques, covoiturage...) ;

Nous continuerons à mettre en œuvre l’urbanisme négocié pour concilier l’évolution de la ville, la qualité de vie de chacun, et l’insertion dans son environnement
Nous voulons établir un dialogue entre riverains et entreprises pour obtenir les plus grandes garanties et les meilleurs engagements concernant les nuisances et les risques éventuels qui découleraient de l’installation d’activités économiques, par ailleurs utiles, sur notre territoire ;
Nous avons un site, la ferme de la Ranjonnière, qui fédère des actions autour des circuits courts ‘vente directe de producteurs locaux), restauration bio et locale, de la sensibilisation d’enfants aux pratiques environnementales. Nous y accueillons également des associations, et une ferme pédagogique. Ce site a vocation à regrouper des activités portées par des associations et à servir de « démonstrateur »."


BRAINS


CARQUEFOU


COUERON

Frédéric BOUDAN - Couëron Citoyenne

"Face à l’urgence écologique et climatique, Couëron Citoyenne propose des mesures concrètes, effectives à court, moyen et long termes pour que notre commune devienne une «ville en transition».
Dans notre projet, de multiples orientations permettent d'aller dans ce sens : https://www.coueron-citoyenne-2020.fr/projet/socle/

  • Protéger et restaurer la biodiversité du territoire

- Etablir un ABC (atlas de la biodiversité), puis un plan de sauvegarde pour protéger et restaurer les haies, les mares et les sols et tous les écosystèmes.

- Adopter un plan global de végétalisation de l’espace public pour préparer Couëron aux futurs changements climatiques

-  Œuvrer vers le zéro-pesticide, en ville comme à la campagne

-  Urbaniser de manière responsable en tenant compte de la fragilité du territoire et en anticipant les effets du changement climatique (sans artificialisation des sols)

  • Vers 100 % de bio et local

-  Proposer une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective
-  Favoriser l’accueil et l’installation des paysans en Bio par des aides municipales complémentaires aux aides financières métropolitaines et intégrer le territoire agricole de Couëron  dans le PEAN des trois Vallées

  • Encourager la sobriété

-  Réduire les consommations d’énergie des bâtiments communaux par un grand plan de rénovation thermique et des objectifs de performance dans la construction neuve supérieurs à la réglementation actuelle

-  Réduction des déchets : principe zéro-déchet lors de toute manifestation organisée par la Ville, mise en avant des déchets organisé zéro déchets organisés par l’écopôle, accompagner les entreprises et associations pour la réduction et le tri des déchets.

La sensibilisation de tous les acteurs est aussi au cœur de notre projet :

-  Nous avons prévu de sensibiliser les citoyens et en particulier les enfants par le biais d’actions qui seront co-construites avec les collectivités, associations et centres socioculturels

-  Proposer un temps-fort annuel de sensibilisation aux enjeux environnementaux, ainsi que des animations régulières.

-  Identification au sein de la municipalité d’un élu à la citoyenneté et un service dédié pour soutenir et accompagner les associations et projets d’habitants.

-  La municipalité donnera la possibilité aux habitants et aux associations de venir présenter un projet au conseil municipal (projet de recyclerie…)

Couëron Citoyenne et Nantes métropole
-  Poursuivre le développement de la forêt urbaine au nord de la commune en continuité avec les espaces boisés des communes voisines pour créer des corridors écologiques
-   Renforcer les dessertes de bus, créer une ligne de Chronobus et faciliter et sécuriser les trajets vélos par la mise en place de pistes cyclables adaptées
-   Garantir une gestion de l’eau économe et juste par le soutien à la mise en place d’une tarification différenciée ouvrant le droit universel (à faible prix) à une consommation de base avec une tarification progressive au-delà.

La plupart des membres de la liste  Couëron citoyenne sont par ailleurs engagés de longue date dans des associations locales qui agissent concrètement en ce sens : la LPO, le Festival des idées vertes, Terre de Liens, Bretagne Vivante, etc. Nous  avons conscience de cette urgence et portons collectivement l'ambition de mener des actions nombreuses de sensibilisation des citoyens au développement durable et à la transition écologique et espérons pouvoir travailler avec votre structure pour faire aboutir tout ou partie de ce projet pour Couëron."


INDRE


LA CHAPELLE SUR ERDRE

Fabrice ROUSSEL - La Chapelle Ensemble

"Nous sommes pleinement conscients que nous avons 10 ans pour mettre en œuvre la transition écologique. Elle doit permettre de réduire drastiquement notre impact sur le dérèglement climatique, la crise de la biodiversité et la raréfaction des ressources et permettre également de nous adapter aux changements inéluctables qui auront lieu.

La transition écologique se fera uniquement si la grande majorité des habitant.es adhère et donc participe à la démarche de changement. De plus en plus de nos concitoyen.nes sont sensibilisés et conscients de l’urgence écologique. Il appartient aux pouvoirs publics, et en premiers lieux aux collectivités territoriales qui sont l’échelon le plus proche des habitant.es, d’animer la démarche.

Notre programme, que nous vous adressons avec ce courrier, est un premier levier d’information et de sensibilisation. Les leviers d’actions de la commune et de la métropole à laquelle elle participe y sont déclinés en plans d’actions concrets.

La commune de La Chapelle sur Erdre est engagée depuis longtemps dans un partenariat avec Ecopole, notamment pour la sensibilisation des plus jeunes. Nous avons la volonté de continuer ce travail commun, dans les écoles et les structures liées à l’enfance et la jeunesse.
L’implication de toutes et de tous est indispensable pour construire une politique de la ville ambitieuse. Nous engagerons donc une transition démocratique pour asseoir la transition écologique.

Cela passe tout d’abord par l’information et la transparence sur tous les projets et politiques publiques. Nous utiliserons pour cela tous les moyens dont nous pouvons disposer.

Nous mettrons en place une commission extra-municipale de la transition écologique, du temps long. L’ambition est d’initier une dynamique collective de réflexion sur ce que sera notre territoire en 2050. Elle inclura les organismes, associations et collectifs qui voudront bien la rejoindre. Elle inclura également les habitant.es volontaires et des habitant.es tiré.es au sort. Sa vocation sera de définir et de suivre le Plan d’Actions Concerté pour la Transition Ecologique, notre PACTE chapelain. La première étape sera l’élaboration d’un constat partagé et pour cela l’information et la formation des participant.es. Nous aurons besoin pour cela de l’expertise des associations. Un enjeu sera la visibilité de ses travaux, de façon à entraîner le plus grand nombre dans la démarche.

Nous sommes déterminés à agir pour que la transition écologique soit au cœur de nos politiques publiques et nous savons qu’Ecopole sera un appui important pour cela."


LA MONTAGNE


LE PELLERIN


LES SORINIERES


MAUVES SUR LOIRE


NANTES

Julie LAERNOES - Nantes Ensemble

"De nombreuses propositions de notre programme sont des actions directes de court, moyen et long termes pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour la protection du vivant et des écosystèmes, et pour l'adaptation du territoire au dérèglement climatique.

Il est certain que ces actions n'auront d'impact que si l'ensemble des citoyen.ne.s et des acteurs socio-économiques du territoire sont embarqué.e.s et impliqué.e.s dans l'aventure, et seulement si la jeunesse et les générations à venir sont d'autant plus conscientes et actives face aux défis qui nous attendent.

C'est pourquoi nous avons été particulièrement attentifs à penser l'école et l'éducation comme les premiers outils de la transition écologique ; à proposer le renforcement du soutien aux collectifs et associations engagés dans la sensibilisation à l'environnement ; et à faciliter l'expression et l'action citoyenne pour le climat et pour l'environnement.

*Sur le volet école et éducation*, nous mènerons d'abord un effort déterminé pour débitumer les cours d’écoles et les ouvrir à la nature : arbres, végétation et jardin pédagogique, atelier de réparation, potager, poulailler et composteur, ombrière et système de récupération de l’eau de pluie... Des écoles dont l’ouverture au public sera élargie sur leur quartier, en soirée, les week-ends et pendant les vacances. Les crèches municipales seront aussi concernées.

Nous élaborerons par ailleurs un projet éducatif autour du lien à la nature : les 774 animateurs.trice.s du périscolaire deviendront ambassadeur.rice.s de la transition par le faire, dans les écoles mais aussi dans les quartiers. Leurs interventions, et donc leurs revenus, seront accrus de 25 % avec un volet formation à la transition écologique. Nous créerons aussi 800 nouvelles places dans les centres de loisirs et formerons les animateurs et animatrices nature.

Enfin, apprendre à protéger le climat et le vivant c'est aussi apprendre à manger mieux : nous passerons de 1 à 2 repas végétariens par semaine. Les parents qui le souhaitent pourront inscrire leur enfant pour la formule “tout végétarien” en début d’année. En partenariat avec les acteurs du territoire, nous renforcerons les efforts pour atteindre un approvisionnement en produits 100 % bio et locaux.

En parallèle, *nous renforcerons les moyens des associations environnementales,* qui sont en première ligne concernant l'éducation et la sensibilisation à l'environnement, et pourtant financièrement fragilisées.
Au total, 1 million d'euros sera débloqué par an pour l'emploi dans les structures associatives, et 1 million d’euros par an sera consacré aux projets d'initiative citoyenne, associative et économique de proximité pour la transition.

*Nous voulons permettre aux Nantaises et aux Nantais de s'impliquer et d'interpeller la collectivité sur ces questions.* Nous organiserons un grand débat sur la Ville-Nature, et mettrons en place le CACC – Centre d'Action Climatique Citoyen. Indépendant et autogéré, le CACC sera installé et mis à disposition des collectifs du mouvement climat. Lieu de création des alternatives de demain, en lien avec le monde de la recherche, l'objectif est également d'analyser les projets de la ville à la lumière de l'urgence climatique. Un.e élu.e à la prospective climatique et à l'implication citoyenne sera également nommé.e pour suivre ces actions.

Enfin, sensibiliser à la transition écologique c'est aussi *faciliter les gestes responsables du quotidien et débloquer les imaginaires* avec un peu d'impertinence et beaucoup de convivialité : c'est pourquoi, entre autres, nous organiserons des chantiers participatifs de débîtumage et mettrons en place le permis de végétaliser ; nous créerons de nouvelles parcelles de jardins collectifs et familiaux en concentrant l'effort sur les interstices en pied d'immeuble ; nous instaurerons la gratuité des transports en commun pour les jeunes de moins de 26 ans et mettrons à disposition 30 000 vélos ; nous équiperons chaque quartier de vie avec une épicerie solidaire en circuit-court et un Comptoir de la réparation et du réemploi ; nous organiserons des « dimanches sans voiture » ; etc.

La bataille pour le climat et la préservation du vivant est notre priorité. Notre succès dans cette entreprise ne pourra se faire sans l’implication des citoyen.ne.s et leur participation à la transition écologique.Nous vous remercions de l’intérêt pour notre projet."

Johanna ROLLAND - Nantes en confiance

"Voici les quelques mesures phares qui composent notre projet pour irriguer la ville par une vraie transition écologique, sociale et solidaire : pour cela, il nous faut changer de modèle et d’échelle avec toujours une attention particulière aux plus fragiles. C’est l’ambition que je propose pour Nantes les 6 prochaines années.

Nous avons choisi de mettre la santé au cœur de ce projet, ce qui est inédit dans une campagne municipale. Je veux que Nantes respire la santé partout : C’est la nature en ville, la qualité de l’eau et de l’air que nous respirons, c’est aussi le contenu de nos assiettes, l’environnement autour de nous et enfin, nos déplacements. Je veux développer une approche régénérative de la ville au service de nos biens communs. Cela passe bien sûr par une justice écologique et par le refus d’une écologie à deux vitesses afin que les problèmes climatiques, environnementaux et énergétiques se règlent au travers d’une double et impérieuse priorité : la lutte contre les inégalités et la création d’emplois non délocalisables.

De nouvelles alliances sur le territoire pour tenir l’objectif de « zéro artificialisation nette » des terres : Je crois que c’est collectivement que nous pourrons relever ce défi majeur, jamais encore posé à nos sociétés. Le changement d’échelle doit se faire partout et avec toutes les énergies du territoire. Pour cela, nous devons nous allier avec les territoires environnants, et réfléchir à l’échelle du département pour rééquilibrer les emplois qualifiés, faciliter l’accès au logement et simplifier les déplacements. Pour relever ces défis, je pense que Nantes et la métropole doivent coopérer plus étroitement avec ses territoires voisins, à l’échelle de la Loire-Atlantique et du pôle métropolitain Loire-Bretagne, avec Rennes, Brest, Angers. Il nous faut collaborer encore plus étroitement avec les réseaux, associations, structures et autres collectifs à une échelle plus large pour être à la hauteur des enjeux. C’est ce que nous avons mené dans ce mandat avec l’important travail mené collectivement dans les Grands Débats et particulièrement celui sur la Transition Énergétique avec plus de 53 000 participants. Par exemple, les questions de mobilités et la mise en œuvre des objectifs du Projet Alimentaire Territorial relève de cette coopération entre les territoires.

Les cantines scolaires sont au cœur de la nouvelle donne environnementale : L’alimentation est un des piliers de notre santé et la restauration scolaire permet de réduire les inégalités. Je propose donc des repas 100% « faits-maison » avec 75 % de produits bio et locaux dans la restauration scolaire ainsi qu’un double menu quotidien dont un végétarien. C’est pour que nos enfants mangent mieux à l’école tout en maintenant le repas à moins de 1 € pour les plus modestes. Mais c’est aussi pour bénéficier de ce levier majeur que représentent les 15 000 repas par jour de la cantine nantaise pour la structuration de filières agricoles sur le grand territoire, pour le maintien d’une agriculture paysanne qui respecte les producteurs et l’environnement. Les défis Familles à Alimentation Positive seront démultipliés pour arriver à 400 Foyers accompagnés pour manger mieux, plus durable et locale à budget constant.

De nouveaux moyens d’agir pour tous les habitants et dans tous les quartiers : Pour généraliser l’accessibilité à une meilleure alimentation il faut agir au cœur de tous les quartiers : développer des groupements d’achat type réseau VRAC de produits biologiques au cœur des quartiers prioritaires, créer des espaces comestibles dans les nouveaux projets et dans les parcs et jardins et réaliser 100 parcelles de jardins familiaux pour rendre notre ville fertile et nourricière.

Une ville dans un jardin : Dans le cadre d’une politique publique de l’arbre en réflexion avec les riverains nous planterons 25 000 arbres supplémentaires pour créer des poumons verts et lutter contre le réchauffement de la ville. Nous créerons 150 îlots de fraîcheur dans les écoles, les crèches et les EHPAD. Nous débitumerons la ville partout où cela est possible pour y créer des espaces de respiration et comestibles dans tous les nouveaux projets d’aménagements et dans les espaces verts.

Sur le site de l’actuel CHU, je propose la création d’un grand parc végétal et nourricier de 10 hectares au cœur de la ville avec vergers, jardins maraîchers et fermes urbaines.

Renforcement de la participation des habitants et une réflexion sur le temps long : Je suis particulièrement attachée à la participation des citoyens aux projets de la ville, avec près de 250 démarches conduites depuis 2014 la participation citoyenne à l’action publique constitue une expérience unique en son genre à cette échelle et dans son ampleur et se poursuivra par un soutien renforcé aux initiatives citoyennes en proximité avec la création d’un fonds citoyen par quartier, 20 nouveaux « lieux à réinventer », des campagnes de végétalisation.

Nous initierons de nouveaux grands débats (mobilités, ville post carbone, nouvelles solidarités ..) et installerons le premier Conseil des générations futures composé de citoyens tirés au sort pour penser le temps long. Nous associerons les citoyens et les acteurs dans une gouvernance ouverte et continue à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques (alimentation, mobilité, éducation, biodiversité, santé, égalité, données/data...).

Lutte contre les émissions de gaz à effet de serre : L’objectif pour 2030 est d’atteindre une réduction de 50 % des émissions, nous sommes sur la bonne trajectoire avec une réduction de 20 % entre 2003 et 2016 alors que, dans le même temps, Nantes Métropole a gagné des habitants. Le projet que nous vous proposons est le plus ambitieux et étayé avec des propositions crédibles. 67 % de ces émissions de gaz à effet de serre proviennent des secteurs du logement et des transports. C’est aussi à la collectivité d’accompagner les changements de comportements. Afin de faire en sorte que de plus en plus de nantais et habitants de la métropole utilisent d’autres modes de transports que la voiture en solo pour aussi réduire la pollution, je m’engage à la gratuité des transports en communs le week-end et la baisse de 20 % de tous les abonnements, la création de 3 lignes de tramways supplémentaires et la création d’axes réservés au covoiturage. Par ailleurs, je propose de mettre en œuvre un vélopolitain, un réseau express vélo maillé constitué de lignes sécurisées et identifiées pour cela je souhaite doubler le budget vélo par habitant soit 100 millions pour un Plan Vélo 2020- 2026.

Des logements bas carbone au bénéfice de tous : Nos objectifs sont ambitieux sur la rénovation de 50 000 logements en 10 ans, nous voulons les conduire en cohérence avec nos objectifs de justice sociale Nous mettrons en place des solutions de rénovation énergétique des logements à coût zéro pour les foyers les plus modestes, ceci grâce à une structure de Tiers financement, et la mobilisation des fonds nationaux et européens. Nous proposerons aussi une aide financière renforcée pour le remplacement de toutes les chaudières au fioul.

Une canopée solaire et végétale pour 100% des toits utiles : La production d’énergie renouvelable locale est primordiale. Nous visons 100 % des toits utiles avec une canopée solaire et végétale, avec un premier objectif de multiplication par 5 de la production photovoltaïque des grandes toitures et des installations individuelles pour atteindre près de 10% de la consommation du territoire issue du photovoltaïque.

La préservation de la biodiversité : La biodiversité remarquable de la 2 e ville la plus verte de France sera préservée et mieux mise en valeur avec l’ouverture de la forêt de la Prairie de Mauves. Un centre scientifique et pédagogique de la biodiversité urbaine et mondiale sera créé au Parc du Grand Blottereau et de nouveaux locaux pour les associations de protection de l’environnement.

Des déchets aux ressources, pour un nouveau souffle dans la prévention, le tri et la collecte des déchets : Les habitants nantais ont diminué de 20% leurs ordures ménagères ces 10 dernières années. Et nous devons poursuivre cette politique de réduction, en travaillant prioritairement sur la valorisation des biodéchets transformés en compost.

Nous équiperons l’espace public de poubelles spécifiques permettant le tri sélectif et permettrons à tous les habitants de bénéficier d’une solution de tri de leurs bio-déchets : en collecte ou en apport volontaire via 300 composteurs collectifs.

Notre politique de prévention et de tri doit accompagner les pratiques les plus remarquables à l’œuvre sur le territoire en termes de valorisation, de réemploi et de réparation dans une logique d’économie circulaire. Le nombre de locaux de pré tri sera doublé pour supprimer les points noirs encombrants ; des espaces de réparation et de dons seront installés dans chaque quartier Nous mettrons en œuvre une charte « chantiers durables » en direction des entreprises prestataires de la collectivité pour aller vers la généralisation du tri des déchets de construction pour les bâtiments construits par la collectivité et pour tous les chantiers de déconstruction.

Une ambition Zéro plastique pour la Ville de Nantes, Nantes Métropole et l’espace public : Je souhaite développer une commande publique qui va vers le « zéro plastique jetable » au travers de clauses dans les marchés publics, afin de supprimer l’usage unique du plastique et du jetable au sein des collectivités et des cantines scolaires. Nous accompagnerons par ailleurs les porteurs d’évènements afin que 100% des évènements se déroulant sur l’espace public soient labellisés « éco évènement ».

Un Défi « Déplastifier la ville » sera lancé avec la mobilisation de tous à travers un « Grand Atelier Zéro Plastique » pour échanger sur les bonnes pratiques : ateliers du périscolaire, ateliers de partage entre acteurs, associations, habitants, petits et grands.

Nous faciliterons aussi l’accès de tous aux alternatives réutilisables par le soutien et la valorisation des commerçants proposant des contenants réutilisables et de vente en vrac, le prêt de vaisselle réutilisable, la mise en place d’un système local de consignes pour la réutilisation des matériaux. Je veux enfin conserver la qualité et le goût de l’eau du robinet et déployer des fontaines à eau sur l’espace public pour réduire l’usage des bouteilles plastiques.

La refondation du Règlement Local de Publicité permettra de réduire fortement la pollution lumineuse. Nous poursuivrons également la lutte contre les perturbateurs endocriniens en agissant pour une ville nature zéro pesticides et zéro plastique.

Soutenir, encourager, poursuivre le développement de filières qui participent à la transition écologique, en s’appuyant notamment sur les acteurs de l’ESS : L’économie sociale et solidaire est un secteur particulièrement vivant et actif à Nantes, représentant 16 % les emplois. Nous soutiendrons la création d’une filière de réemploi des objets avec notamment les acteurs de l’ESS, et nous renforcerons le maillage des espaces de dons et de réparation dans chaque quartier.

L’accompagnement du développement de filières locales issues de l’Économie Sociale et Solidaire ou d’entrepreneurs TPE/PME : alimentaire, bois, mais aussi sur la collecte des biodéchets, ou encore du réemploi, d’une filière particulière de réemploi réparation des équipements et matériels numériques (ordinateurs, portables.. ). Ce sont des exemples très concrets pour le développement d’emplois locaux au service de l’économie régénérative."


ORVAULT

Jean-Sébastien GUITTON - La Transition Positive

"Vous avez raison : face au défi de la transition écologique, il est nécessaire de multiplier les actions de sensibilisation et de mobilisation des citoyens et des acteurs. Notre liste s’appelle « La Transition Positive » car nous croyons que nous avons un rôle important à jouer dans cette mobilisation. Beaucoup d’entre nous sont par ailleurs engagés de longue date dans des associations qui agissent concrètement en ce sens. Je suis par exemple le fondateur des Ateliers écolo-citoyens d’Orvault qui a développé un Jardin pédagogique en permaculture, mis en place un système d’autostop entre quartiers (CocliquO), une armoire à dons ou encore qui développe des toitures photovoltaïques financées par des citoyens (Cowatt).

Notre projet prévoit différentes actions qui vont dans le sens de la sensibilisation et de la mobilisation pour la transition écologique. En voici quelques-unes.

  • Fonder le Centre Orvaltais d’Agriculture et d’Alimentation Durables composé d’une ferme maraîchère qui fournira une partie des légumes bio des cantines scolaires et d’un pôle pédagogique qui développera des actions de sensibilisation et de formation en lien avec des acteurs locaux comme le lycée Appert (restauration) et le lycée Rieffel (agriculture).
  • Créer le Conseil de la Transition Ecologique, instance autonome composée d’habitants et dotée d’un budget propre, qui assurera un suivi de la transition écologique à Orvault et fera des propositions au conseil municipal.
  • Dans chaque quartier, un Bureau des Initiatives Citoyennes composé d’habitants et doté d’un budget propre sera mis en œuvre pour mener à bien des projets proposés par des habitants ou des associations, sans nul doute beaucoup concerneront le cadre de vie.
  • Organisation de temps forts autour du climat pour développer la pédagogie sur les mécanismes et enjeux du changement climatique.
  • Renforcer l’éducation à la citoyenneté en incitant les jeunes à participer à la vie de la commune en créant un « Passeport citoyen » pour les enfants de CM1 et CM2 qui validera des actions individuelles et collectives dans le domaine du civisme, de l’intergénérationnel, de la cohésion sociale et de la transition écologique.
  • Zéro plastique : Mobiliser les habitants et les commerçants pour favoriser les emballages réutilisables et engager une démarche exemplaire au sein des services municipaux.
  • Créer avec Nantes Métropole sur l’ancien site industriel Alcatel un pôle d’activités économiques et associatives en lien avec l’insertion par le travail pour développer la réparation des objets, le réemploi, la location, la mutualisation. Ce pôle sera intégré au nouvel éco-quartier que nous proposons de créer.

Globalement, c’est l’ensemble de notre action qui aura vocation à contribuer à la transition écologique dans notre commune."

 


REZE

Gérard ALLARD - Pour Rezé, l'humain et la planète d'abord

"En premier lieu Rezé a une longue histoire en faveur de la nature en ville, de la biodiversité et d’un développement soutenable. C’est ainsi que Rezé dispose d’une Maison du développement durable. L’objectif est de permettre aux générations futures de vivre demain dans un environnement qui ne soit pas compromis par nos actes d’aujourd’hui. C’est pourquoi nous nous sommes engagés depuis 2016 dans un plan de 30 actions, élaboré dans une démarche participative et de co-construction, avec les habitants, les élus de toutes sensibilités et les techniciens de nos collectivités. Nous avons appelé ce programme « la Fabrique rezéenne.

Ville et nature sont désormais liés par un souci constant de prendre en compte l’urgence de la dimension écologique dans la gestion de la ville. La nature en ville, c’est aussi une volonté inscrite dans le nouveau Plan local d’urbanisme métropolitain que nous avons adopté l’an dernier. Réconcilier la nature avec la ville ne répond pas seulement des préoccupations environnementales. C’est un enjeu de solidarité et un facteur de santé et de bien-être pour les habitants. Les espaces verts qui parsèment le territoire communal ne sont pas seulement des lieux de détente, de jeu ou d’activité sportive. Ils participent à la structure de l’espace et dessinent les trames urbaines et les corridors écologiques. Les Rezéens y sont sensibles et se sont appropriés cette nature et la biodiversité, II s’agit de vouloir rendre compatible nos vies urbaines et nos villes saines, naturelles et durables.

Il s’agit de penser globalement un changement complet qui affectera nos modes de vie sur le très long terme. C’est, avant tout, la volonté de faire progresser la prise de conscience de chacune et de chacun pour mieux prendre en compte notre environnement dans la gestion urbaine.

Rezé compte désormais plus de 42 000 habitants. C’est une ville novatrice dans bien des domaines et très engagé dans la transition écologique. Notre projet est d’aller encore plus loin dans la sensibilisation et l’implication des citoyens.

Notre liste se nomme « L’Humain et la planète d’abord », car nous sommes convaincus que les questions écologiques, sociales, démocratiques et de tranquillité publique doivent être au coeur de notre action municipale, pour bien vivre à Rezé.

Pour sauver la planète, notre maison commune, la protéger contre ce qui la menace le plus, nous devons modifier nos façons d’agir, de produire, de consommer, de construire la ville, d’aménager l’espace public. La collectivité montrera l’exemple en actionnant un levier important: la commande publique. Une ville zéro plastique, zéro déchet, zéro phyto, une ville arborée, pour ne citer que ces exemples, c’est possible Nous en avons la volonté.

La priorité écologique absolue, c’est aussi la protection des Rezéen.ne.s et de leur santé, particulièrement ceux qui sont survolés et les riverains de la plateforme aéroportuaire. Ainsi l’interdiction des vols de nuit, de minuit à 6 heures, doit être appliquée rapidement. En outre, il est urgent de travailler à une restriction complémentaire dans la période de 22 heures-minuit. Nous nous battrons pour nous protéger contre les nuisances, mais aussi pour maîtriser le trafic aérien.

Enfin, De nombreuses initiatives ont déjà été prises pour transformer et adapter la ville aux enjeux écologiques. Circulation à 30km/h, jardins publics, renforcement du bio dans la restauration collective, “poules en Ville”, composteurs collectifs, jardins partagés... Il faut aller plus loin et plus vite encore en proposant des solutions innovantes pour l’aménagement des espaces publics, en développant l’autonomie énergétique des bâtiments collectifs et en engageant une véritable révolution dans la place de la nature en ville. Voici pour nos premiers engagements concrets:

  1. Planter 10 000 arbres sur six ans, soit I arbre pour 4 habitant.e.s comme à Berlin, et 1 arbre par habitant.e pour tous les nouveaux projets
    • Des micro-forêts urbaines seront plantées pour constituer des espaces de fraîcheur en été.
    • Chaque année, une semaine de l’arbre sera organisée avec les écoles et les associations. Des arbres fruitiers seront plantés dans les écoles pour former des îlots de fraîcheur et permettre aux insectes de s’y abriter.
    • Dans chaque projet (y compris ceux déjà réalisés), des jardins seront créés sur les toitures des bâtiments publics, ainsi que des ruches, hôtels à insectes et nichoirs.
    • « Comme un arbre dans la ville » : démultiplier et favoriser le végétal, la nature et la biodiversité. La ville de Rezé offrira aux habitant.e.s qui le souhaitent des arbres à planter sur l’espace privé ou public. Chaque demandeur — propriétaire, syndic, bailleur — pourra obtenir un nombre d’arbres adapté à la dimension du terrain disponible.
  2. Dés-imperméabiliser 25% des sols pour que l’eau de pluie ne s’écoule plus dans les égouts, mais dans les sols et nourrisse les plantes.
  3. Faire un diagnostic thermique sur chaque bâtiment public pour améliorer la performance énergétique. Engager pour tout nouveau projet un plan solaire, thermique, photovoltaïque ou végétalisé en mesurant les progrès à l’aide d’indicateurs.
  4. Proposer aux habitant.e.s et aux bailleurs un « permis de débitumer » l’espace public ou l’espace devant leur résidence. A charge pour les habitant.e.s ou les riverains de végétaliser ces terrains avec une aide municipale.
  5. Végétaliser tous les nouveaux projets immobiliers: une charte municipale de l’habitat imposera de restituer chaque mètre carré pris au sol en surface végétalisée dans le bâtiment construit.
  6. Accorder une subvention pour chaque particulier afin de lutter efficacement contre le frelon asiatique et ainsi protéger les abeilles.
  7. Réduire l’éclairage public qui consomme de l’énergie et nuit aux animaux nocturnes (chauves-souris, hiboux...), tout en veillant à la sécurité des déplacements nocturnes et sur les passages piétons.
  8. Pour l’aéroport, exiger une gouvernance locale et citoyenne, associant les collectivités, les acteurs économiques du territoire et les habitant.e.s pour décider des choix stratégiques concernant la santé des habitant.e.s, maîtriser le transport aérien et les enjeux de transition écologique.
  9. Créer un cimetière écologique comme à la Roche-sur-Yon, Niort ou encore lvry-sur-Seine. L’idée de cet espace funéraire est de laisser une empreinte écologique la plus faible possible mais aussi de permettre à chacune et chacun d’avoir une inhumation digne.
  10. Faire de Rezé une «ville potager » en favorisant le jardinage citoyen, les piantes comestibles, les fruits et les légumes dans les parcs, les jardins et les espaces publics rendus disponibles.
  11. Favoriser la création d’une ferme pédagogique bio au sud-est de Rezé avec culture potagère, jardins pédagogiques, poulailler et composteur.
  12. Développer la présence des animaux dans les parcs et les prairies de la ville. Sensibiliser au bien-être animal.
  13. Faire de Rezé une ville « Zéro déchet » en construisant un partenariat avec les acteurs économiques locaux.
  14. Faire de Rezé une ville « Zéro phyto » en interdisant tout pesticide sur la commune, y compris dans les copropriétés et les entreprises pour préserver la biodiversité et la santé de la population.
  15. Faire de Rezé une ville « Zéro plastique », pour les activités de la ville, en lien avec nos partenaires, et les acteurs économiques (commerces...).
  16. Mettre en place un « plan pour l’économie circulaire » à l’échelle de la ville afin d’encourager le développement des ressourceries, le partage de biens... Et sensibiliser les habitant.e.s à l’intérêt écologique et économique de prolonger la vie du matériel.
  17. Privilégier, dans les clauses des marchés publics, les produits et services plus respectueux de l’environnement, par exemple en intégrant le « bien-être animal » dans les rêgles d’attribution des marchés publics en matière de restauration collective et de produits d’entretien.
  18. Lutter contre le gaspillage alimentaire (dans la restauration collective et professionnelle), installer des composteurs collectifs dans toutes les écoles et des tables de tri dans les restaurants scolaires.
  19. Proposer deux menus végétariens par semaine à la restauration scolaire.
  20. Réaliser 10 rues végétales sur 6 ans où les plantes poussent sur les espaces ou en pied de façades et où la priorité est donnée aux piétons et aux mobilités douces.
  21. Démultiplier l’opération “Poules en ville”, 100 poules par an, et 100 “lombricomposteurs”, par an, dans les immeubles et copropriétés existants ainsi que dans les nouveaux programmes."

François NICOLAS - Bien vivre à Rezé

"RESPECTER LA VIE NOUS SOMMES LA NATURE QUI SE DEFEND RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE, BIODIVERSITE, POLLUTIONS : NOUS AGISSONS !

Notre souhait est par ailleurs de mettre en place plusieurs démarches participatives, de façon à associer citoyens, organisations et experts, notamment par la mise en place de conseils participatifs et en recourant au référendum local pour les projets de grandes envergures.

Nos engagements pour Rezé

ENGAGER UNE VERITABLE TRANSITION ENERGETIQUE

  • Réduire les consommations d’énergie des bâtiments communaux par un grand plan de rénovation thermique et des objectifs de performance dans la construction neuve supérieurs à la réglementation actuelle
  • Adopter un plan solaire sur les bâtiments communaux et acheter des énergies renouvelables par appel d’offre public
  • Lutter contre les ilots de chaleur par la végétalisation des espaces public, des toitures et des terrains artificialisés
  • Rapprocher le conseil et l’accompagnement de tous les publics en ouvrant une antenne point info énergie à Rezé et pour tout le Sud Loire

PROTEGER LE VIVANT ET LA BIODIVERSITE

  • Préserver et restaurer les grands espaces naturels (bords de Loire et de Sèvre), développer la nature en ville (espaces verts et jardins partagés), favoriser la biodiversité et le retour des espèces anciennes
  • Sensibiliser la jeunesse et les familles au respect de la nature et du bien-être animal par des programmes éducatifs diversifiés

LUTTER CONTRE TOUTES LES POLLUTIONS

  • Privilégier les modes doux dans l’aménagement des espaces publics, faire respecter les réductions des vitesses dans la ville, lever les freins à l’usage des transports urbains
  • Revoir le contrat de fourniture et de distribution de l’eau potable pour mettre en place une gestion économe de la ressource en eau et une tarification incitative aux économies, aider à la mise en place des solutions de récupération pour l’arrosage des jardins et espaces verts
  • Systématiser les diagnostics de sols avant toute transformation d’usage (notamment pour l’aménagement des jardins partagés ou la réalisation de nouvelles résidences d’habitations)
  • Privilégier le bio et local de saison dans les cantines municipales et proposer systématiquement une alternative équilibrée aux produits carnés
  • Evaluer de manière indépendante toutes les installations collectives ou industrielles susceptibles de générer des pollutions de l’air (chaufferie bois de Trentemoult), de l’eau ou des sols

Nos positions à Nantes Métropole

  • Privilégier la qualité de vie sur les politiques d’attractivité de la métropole
  • Assurer un meilleur contrôle communal des grands projets urbains et d’équipements mené par la métropole
  • Planter une double ceinture verte autour du périphérique nantais afin d’atténuer l’impact des nuisances sonores et des émissions polluantes sur les quartiers riverains
  • Promouvoir le projet d’un réseau express métropolitain afin de résorber l’asphyxie automobile de l’agglomération nantaise et de son aire urbaine"

Jean-Michel SOCCOJA - Rezé à Gauche Toute

"Nous nous permettons de vous renvoyer vers notre programme complet, en particulier les pages 9 à 12 - https://rezeagauchetoute.fr/programme/ afin de vous donner notre vision de la place de l'écologie et des objectifs de la politique municipale que nous souhaitons mettre en place à Rezé, avec et pour les habitant.e.s.
Vous y trouverez également les mesures et les moyens envisagés dans ce domaine.

Une autre valeur est essentielle, c'est la justice sociale et climatique.Quelles que soient les conséquences négatives de nos activités humaines, elles atteignent d'abord les personnes les plus fragiles socialement. Inégalités dans l'accès à une nourriture saine, un air moins pollué, des conditions de logement décentes, accès aux soins, inégalité dans la protection face au dérèglement climatique. La politique menée par le gouvernement fait empirer chaque jour cette situation.

C'est notre programme tout entier qui est empreint de ces mêmes valeurs, que ce soit dans le domaine du logement, ou celui des transports et de l'urbanisme, avec un souci de démocratie réelle et d'enrichissement par les échanges entre associations, citoyen.nes, élu.e.s et expert.e.s.

Si de nombreuses mesures sont nécessaires, telles celles que vous préconisez, elles ne sauraient suffire dans une société dont on ne changerait pas le système. Quand on roule vers un ravin dans une voiture en feu, on ne se contente pas de sortir un extincteur, on change d'abord de direction, contrairement à la politique de Nantes-métropole, qui cultive les contradictions et fait empirer la situation.

C'est pourquoi, il est important d'arrêter immédiatement les incitations à la consommation effrénée, la politique d'attractivité de la métropole nantaise, l'artificialisation des sols à outrance, les grands projets inutiles., qui annulent les effets bénéfiques des efforts menés par ailleurs pour une moins mauvaise qualité de l'air et de l'eau, la gestion des déchets, les transports doux.. Sans oublier les pollutions sonores mais aussi environnementales induits par l’aéroport de Nantes-Atlantique (Sur ce point nous demandons la réduction drastiques des vols aériens).

En conclusion, nous préconisons un éventail de mesures, en concertation avec les habitant.e.s, pour leur reprise en mains de la ville, et nous nous attacherons au niveau métropolitain à rompre le modèle actuel d'hyper métropolisation de Nantes métropole, ceci avec les élu.e.s des listes des Communes en Commun (Nantes en Commun, Saint-Sébastien en Commun, Bouguenais Agir Solidaire et écologique, Vertou en Commun, l'humain d'abord, Donnons du Relief à la Montagne). "


SAUTRON

Marie-Cécile GESSANT - Avec vous pour Sautron

"La ville de SAUTRON a mis en place depuis deux mandats une politique volontaire et ambitieuse pour le maintien et l’amélioration de son cadre de vie ainsi que pour l’accompagnement du développement durable.

A l’Agenda 21 mis en place en 2008 a succédé en 2015 le Sautron Développement Durable ( S2D), feuille de route de l’action de l’équipe municipale actuelle pour la préservation et l’amélioration de notre environnement et la mise en place de la transformation énergétique.
Ce S2D a été mis en place , piloté et évalué par un Comité de Pilotage composé d’élus ,opposition comprise, de représentant des commerçants , des membres d’association de la nature , de membres des comités de quartier et d’agents municipaux .

Un certain nombre des 31 actions que comporte le S2D ( dont 30 sont à ce jour mises en place ) ont été réalisées grâce à  l’accompagnement d’ECOPOLE :
- Des actions du lutte contre le gaspillage alimentaire dans la restauration scolaire
- La mise en place d’un sentier Rando’Clim dans la Vallée du Cens
- La mise en place d’un composteur collectif dans le quartier Jules Verne
- L’accompagnement de 18 classes sur la sensibilisation au Développement durable .

La liste ‘’ Avec vous pour Sautron ‘’présentée par Marie-Cécile GESSANT ,maire sortant , inscrit à nouveau la préservation de l’environnement , ainsi que des objectifs de développement durable et de transformation énergétique au cœur de son projet pour Sautron :

  • La préservation et l’accompagnement du milieu rural et agricole , ainsi que le maintien de l’équilibre entre ruraux et urbains,
  • Un programme ambitieux de rénovation thermique et d’économies d’éclairage dans les bâtiments communaux,
  • La mise en place de récupérateurs d’eau de pluie sur les installations municipales,
  • L’organisation de journées de recyclage des biodéchets pour les particuliers,
  • Accroissement de l’approvisionnement de la restauration scolaire en produits Bio, locaux et saisonniers.
  • Mise en place d’un potager municipal
  • Poursuite des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire
  • Elaboration et diffusion d’un guide de l’éco-citoyen
  • Mise en place d’un second éco-pâturage
  • Renouvellement progressif du parc de véhicules municipaux par des véhicules propres et mise à disposition des agents de vélos à assistance électrique
  • Création d’ilots de fraîcheur et d’espaces végétalisés.

Une commission municipale sera mise en place , spécifiquement dédiée à l’environnement , au Développement Durable et à la transition énergétique , Elle aura à initier des groupes de travail ou commissions extra-municipales en fonction des thématiques à étudier et des projets à mettre en place."


ST AIGNAN DE GRAND LIEU

Jean-Claude LEMASSON - Engagés pour Saint-Aignan de Grand Lieu

"Nous sommes convaincus que tous les acteurs de la société doivent agir. C'est la raison pour laquelle nous souhaitons dédier un(e) maire adjoint à l'environnement et au cadre de vie.

Un certain nombre d'engagements sont annoncés, en continuité des actions menées pendant ces deux derniers mandats, nous voulons notamment créer un Conseil Citoyen de la Biodiversité et souhaitons créer un périmètre PEAN (Périmètre des Espaces Agricoles et Naturelles) en accord avec le Département et la Métropole.

Ce conseil citoyen de la biodiversité sera doté d'un budget participatif et aura pour objectifs de développer des pratiques co-responsables et de co-construire et imaginer avec les citoyens des solutions de demain.

Déjà, sur les deux derniers mandats, j'ai pu conduire avec mes équipes des actions de sensibilisation et d'incitation à la préservation de la biodiversité, des actions de développement durable notamment avec l'instauration du deuxième Agenda 21 en 2012 axé sur 3 engagements particuliers : Préserver et valoriser le cadre de vie, Développer une ville pour tous et Inscrire la volonté d'un développement durable dans les comportements déclinés en 40 actions. Des actions menées conjointement par des citoyens, des élus et des agents communaux.

Depuis 2009, nous accompagnons financièrement les citoyens pour acquérir des panneaux de production solaire thermiques et photovoltaïques, et des systèmes de récupération d'eau de pluie pour l'usage sanitaire. Nous initions actuellement un jardin collectif, proposons des réunions sur les économies d'énergies "Traque aux watts", proposons des opérations de broyat... Dans le même ordre d'idée, sur son patrimoine bâti, la commune a instauré le principe de l'autoconsommation énergétique.

Ces actions sont montées avec l'aide d'intervenants extérieurs à la commune lorsque cela est nécessaire.

Sur le prochain mandat, nous allons reconduire toutes ces actions et les compléter selon les engagements précités.

Le mode de gouvernance ouverte doit permettre l'implication au plus grand nombre, aux élus de conforter cette accélération, et mettre en place les outils d'évaluation."


SAINT HERBLAIN

Matthieu ANNEREAU - Entendre et Agir Ensemble pour Saint-Herblain

"La transition écologique est au cœur du programme d’ « Entendre et Agir Ensemble pour St Herblain », elle est transversale, elle est prise en compte dans les thèmes que nous développons.

« Nous voulons d’une ville apaisée qui évoluerait en respectant son identité. Nous voulons d’une ville qui assume une modernité compatible avec une politique affirmée de nature en ville et d’écoute citoyenne. »

Tout d’abord, la 1ère adjointe de la ville aura en charge « la Vie Associative et la Vie Citoyenne ». C’est pour nous un symbole fort qui retranscrit bien l’esprit de notre programme pour les 6 ans à venir. Les associations seront considérées comme de vraies aides à la prise de décision, elles seront régulièrement consultées afin que les actions mises en place soient en accord avec les attendus des habitants. De plus, des budgets participatifs par quartier seront consacrés aux propositions et projets associatifs innovants et/ou expérimentaux dédiés au lien social, à la solidarité, au bien-vivre des habitants et donc de fait à l’environnement et l’écologie. Nous mettrons aussi en place une aide financière et logistique pour les associations impliquées dans les domaines liés au développement durable, aux mobilités douces, à la préservation de l’environnement.

L’urbanisme est un aussi un sujet majeur qui préoccupe nos habitants. Nous nous engageons à la mise en place d’une politique d’urbanisme circulaire et nous apporterons une attention particulière à la perméabilisation des sols lors de la validation des nouveaux projets. Nous valoriserons aussi les déchets en généralisant les composteurs pour les déchets organiques et mettrons en place des permis de végétaliser pour embellir les quartiers ; ces deux dernières dispositions favorisant aussi le lien social. Parallèlement, nous voulons identifier les zones vertes sur la commune où mettre en place une politique de reboisement soutenue des espaces verts et naturels.

Concernant le vélo, nous souhaitons développer les pistes cyclables, sur un schéma défini avec les usagers et les associations. Nous mettrons en place un groupe de travail sur la mobilité composé d’automobilistes, de piétons et de cyclistes, d’élus et de professionnels de l’accessibilité.
De même, nous mettrons en place un Bilan D’Emission des Gaz à Effet de Serre (BESE) afin d’envisager les moyens et les coûts impliquant une baisse de l’empreinte carbone de la ville. Ceci n’est pas une obligation pour les villes de moins de 50 000 habitants mais cela nous semble indispensable aujourd’hui et nous ne pouvons en faire l’économie.

Nous prévoyons aussi la restructuration de la déchetterie Tougas avec une aide à la création d’une pépinière d’entreprises dédiées au recyclage et au réemploi des objets. Parallèlement, nous prévoyons un plan d’action sur 10 ans visant à atteindre le ZAN ( Zéro Artificialisation Nette).

Enfin, nous créerons un lieu de sensibilisation à la biodiversité et les temps périscolaires pourront être aussi des moments privilégiés pour sensibiliser les enfants en lien avec des associations.
Voici les éléments principaux de notre programme concernant l’environnement, l’écologie et la nature en ville. Ce sujet nous concerne tous, concerne toutes les strates de notre quotidien et en tant qu’élus nous avons le devoir de le prendre en compte.'"

Jean-François TALLIO - Saint-Herblain en Commun

"Nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre engagement dans la campagne des municipales du mois prochain.

Comme vous, nous prenons la mesure de la situation et des enjeux pour les années à venir.

Nous avons donc co-construit notre programme avec des habitant.es de notre commune afin de bien tenir compte des aspirations, des besoins, des exigences de nos concitoyen.nes.

Vous trouverez dans notre programme ci-joint les mesures que nous voulons prendre pour que notre ville puisse, avec ses habitant.e.s mettre en œuvre ses responsabilités d'exemplarité (mesure 40), d'éducation, de soutien aux associations partenaires.

Certaines des associations de votre réseau sont bien implantées sur la commune et nous prévoyons d'amplifier l'implication des unes et des autres notamment via la Maison de l'écologie et du climat (mesure 36).

Nous savons qu'Ecopole a conçu des outils pédagogiques pour les scolaires et notre liste "Saint-Herblain en commun" souhaite développer l'éducation à l'environnement (mesure 37), à la gestion des ressources naturelles et à tout ce qui contribue à développer l'engagement de chacun.e, quel que soit son âge, pour répondre aux enjeux climatiques, sociaux et démocratiques.

Nous savons pouvoir compter sur le réseau que vous coordonnez et vous adressons nos salutations écologistes et solidaires.

Les colistier.es de Saint-Herblain en Commun"


ST JEAN DE BOISEAU


ST LEGER LES VIGNES


ST SEBASTIEN SUR LOIRE

Hervé CAMUS - Saint-Sébastien Ensemble

"Voici les quelques mesures phares qui composent notre projet pour irriguer la ville par une vraie transition écologique, sociale et solidaire : pour cela, il nous faut changer de modèle et d’échelle avec toujours une attention particulière aux plus fragiles. C’est l’ambition que je propose pour Nantes les 6 prochaines années.

Nous avons choisi de mettre la santé au cœur de ce projet, ce qui est inédit dans une campagne municipale. Je veux que Nantes respire la santé partout : C’est la nature en ville, la qualité de l’eau et de l’air que nous respirons, c’est aussi le contenu de nos assiettes, l’environnement autour de nous et enfin, nos déplacements. Je veux développer une approche régénérative de la ville au service de nos biens communs. Cela passe bien sûr par une justice écologique et par le refus d’une écologie à deux vitesses afin que les problèmes climatiques, environnementaux et énergétiques se règlent au travers d’une double et impérieuse priorité : la lutte contre les inégalités et la création d’emplois non délocalisables.

De nouvelles alliances sur le territoire pour tenir l’objectif de « zéro artificialisation nette » des terres : Je crois que c’est collectivement que nous pourrons relever ce défi majeur, jamais encore posé à nos sociétés. Le changement d’échelle doit se faire partout et avec toutes les énergies du territoire. Pour cela, nous devons nous allier avec les territoires environnants, et réfléchir à l’échelle du département pour rééquilibrer les emplois qualifiés, faciliter l’accès au logement et simplifier les déplacements. Pour relever ces défis, je pense que Nantes et la métropole doivent coopérer plus étroitement avec ses territoires voisins, à l’échelle de la Loire-Atlantique et du pôle métropolitain Loire-Bretagne, avec Rennes, Brest, Angers. Il nous faut collaborer encore plus étroitement avec les réseaux, associations, structures et autres collectifs à une échelle plus large pour être à la hauteur des enjeux. Vos préoccupations,et interrogations face au grands défis environnementaux sont aussi les nôtres. Notre programme s'intitule « engageons la transformation écologique, sociale et démocratique » et veut relever les défis dans ces trois domaines.

Notre liste est composée de femmes et d'hommes convaincu.e.s et motivé.e.s pour agir et
relever ces défis.
Pour répondre aux questions précises sur la sensibilisation et l'implication de nos concitoyens, nous vous donnons quelques mesures pour montrer notre engagement :

  • nous agirons pour une ville plus verte :
    • par le verdissement des espaces publics, des cours d'école,
    • par la création d'espaces de tranquillité naturelle, favorisant la biodiversité, avec la participation de tous (habitants, employés municipaux, association de protection de la nature)
  • nous agirons pour une urbanisation respectueuse du cadre de vie :
    • en encourageant de nouvelle forme d'habitat (écoquartier, habitat partagé),
    • pour imposer au niveau métropolitain des clauses plus contraignantes en matière de circulation,respect de l'environnement.
  • nous agirons pour une gestion innovante des énergies et ressources :
    • en améliorant les performances énergétiques des équipements communaux, donnant ainsi l'exemple,
    • en luttant contre la précarisation énergétique des particuliers ; avec les habitants, les associations concernées, Nantes métropole, pour faciliter l'accès aux dispositifs de diagnostic et d'aide,
    • en installant des composteurs collectifs, par la promotion et l'accompagnement des associations œuvrant dans les démarches « zéro déchet »,

Tout cela sera de notre point de vue possible, que si nous engageons une nouvelle manière de faire de la politique, avec de nouvelles pratiques démocratiques : travail de proximité avec les habitants à travers des conseils de quartier, avec des budgets participatifs, des lieux partagés de rencontres (dits Tiers-lieux), des commissions thématiques réunissant élu.e.s, citoyen.ne.s, technicien.ne.s, associations.

Le travail de partenariat avec les associations nous aidera à mener à bien ces projets, Ecopole avec son expertise et son réseau d'acteurs aura toute sa place dans cette démarche, et nous espérons vous y retrouver si nous sommes élus.Vous trouverez ci-dessous le lien qui permet de télécharger le programme que nous avons construit collectivement. Il vous permettra de comprendre la complémentarité et la transversalité de notre projet."

Laurent KEUNEBROEK - Saint-Sébastien en Commun

"Nous présentons un programme qui a été construit pour répondre à l'urgence écologique et sociale. Notre liste est composée de militants écologistes de terrain.

Nous avons participé au projet métropolitain préparé par les équipes du réseau des Communes en Commun pour mener à bien et en toute cohérence notre projet à l’échelle de Nantes Métropole.

Il est urgent de réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre, les pollutions et les atteintes à la nature sur le territoire communal. Nous financerons la transition écologique en confiant les placements de la commune à une banque éthique

Nous nous engageons à :
NATURE DANS LA VILLE :

  • Établir un état des lieux des sources d’émissions de gaz à effet de serre et de pollution, et des atteintes à la nature sur le territoire communal
  • Désimperméabiliser des surfaces bitumées publiques et restaurer les corridors verts (ourlet herbeux, plantation d'arbustes, buissons, arbres) et donc la biodiversité plutôt que se contenter de « verdir la ville »
  • Créer des îlots de fraîcheurs aux endroits les plus urbanisés
  • Délivrer des permis de végétaliser les trottoirs
  • Intégrer la biodiversité au sein de toute nouvelle opération urbaine
  • Prendre un arrêté d’interdiction des panneaux publicitaires lumineux numériques et de l'éclairage nocturne des commerces, qui sont énergivores
  • Accompagner les habitants dans une démarche de zéro produits phytosanitaires

ALIMENTATION : Soutenir le développement de l’agriculture urbaine

  • Créer une régie agricole métropolitaine pour un approvisionnement local en alimentation bio et de saison, moins carnée et de qualité, pour aller vers une souveraineté et une sécurité alimentaires (Avec le Réseau Communes en Commun)
  • Créer un marché bio avec des producteurs locaux le samedi matin
  • Développer la démarche des jardins partagés
  • Accompagner les habitants et les commerçants vers une pratique du zéro déchet

ENERGIE

  • Équiper les bâtiments publics de panneaux photovoltaïques, et soutenir les projets d’énergies renouvelables d’initiative citoyenne
  • Modifier le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM) pour maîtriser les opérations foncières (Avec le Réseau Communes en Commun)
  • Soumettre les locations de logements à autorisation pour lutter contre la précarité énergétique
  • Favoriser les constructions avec des matériaux bio-sourcésModuler l’éclairage urbain

TRANSPORTS Créer un réseau  de voies cyclables continues et sécurisées

  • Développer des parkings-relais aux entrées de ville, améliorer la fréquence et le réseau de bus, avec une tarification plus solidaire (Avec le Réseau Communes en Commun)
  • Développer les pédibus pour les écoliers
  • Mettre en place des zones à circulation restreinte ou apaisée"

SAINTE LUCE SUR LOIRE

Jean-Guy ALIX - Sainte-Luce est à vous

"La sensibilisation à l’environnement, du moins à mon avis, n’est pas seulement affaire d’endoctrinement, que l’on peut également dénommer éducation. J’y vois un risque de déviation vers une forme d’idéologisme et nous avons suffisamment payé par le passé les conséquences de ces dérives, pour éviter qu’elles ne se reproduisent.

Cette sensibilisation est donc affaire de cohésion sociale, mettant nos concitoyens au cœur de nos actions. C’est avec le travail en commun que l’on peut espérer agir, plus que par l’action associative, aussi pertinente soit-elle.

Cela ne nous interdit pas toutefois, de poursuivre ce qui est engagé. ECOPOLE participe à nos activités scolaires. Nous continuerons bien entendu.

La Municipalité soutient les associations communales œuvrant dans le domaine environnemental. La poursuite de ce soutien est acquise.

Il en sera de même pour les actions que nous avons engagées telle la collecte des déchets du marché pour en faire du compost utilisé par notre service des espaces verts, la ramassage des déchets verts des particuliers avec des bennes mises à disposition,  la mise en place d’une borne  de rechargement pour véhicules fonctionnant à l’électricité. Ces actions se poursuivront et se diversifieront.

Nous sommes donc sensibles et actifs envers la protection de notre environnement, protection comprise dans une large acception et nous ferons de notre mieux.
Cependant, plus que de grandes déclarations ou de grands engagements électoraux annoncés avec éclat, nous préférons la politique des petits pas. Nous agirons calmement et avec détermination, mais nous ne ferons que ce que nous savons pouvoir faire, avec l’agrément et l’accompagnement de nos concitoyens."

Anthony DESCLOZIERS - Ensemble pour Sainte-Luce

"Le mantra de l’équipe « Ensemble pour Sainte Luce » est « Sainte-Luce pour tous ». Nous voulons être une ville solidaire, moderne, ouverte, qui soutient et accompagne les Lucéen.ne.s, qui les écoute et prend en compte leur avis. Nous voulons une ville qui place l’humain au cœur de notre projet.

Nous prévoyons de nombreuses actions vertueuses, écologiques, avec des moyens clairs, pour sensibiliser, impliquer directement ou indirectement les citoyens et pour y associer les organismes compétents.

Dans cette optique de sensibilisation et d’implication de nos concitoyens :

1. Quelles actions marquantes prévoyez-vous de mettre en place ?

L’action la plus marquante de notre politique sera la création de comités de quartier. Impliquant les habitant.e.s et les usagers, ils seront le relais des actions à l’échelle communale, ils permettront le développement de projets locaux dans chaque quartier à leur initiative ou à celle de la municipalité.

  • Création d’un plan d’actions pour la transition écologique (agenda 2030) en consultation avec la population de la commune.
  • Dans les quartiers, actions de sensibilisation à la gestion et à la réduction des déchets des Lucéens et mise en place de composteurs collectifs.

2. Comment envisagez-vous d'associer d'autres réseaux, associations, organismes et autres collectifs afin d’élargir ces actions vers un public de plus en plus large ?

Nous sommes conscients que la commune ne peut pas tout faire seule. Nous nous appuierons sur les organismes compétents pour nous aider à développer le sens écologique des habitant.e.s de Ste Luce, pour mener des actions vertes efficaces et visant à toucher les plus grand nombre de gens.

  • Consultation citoyenne pour un nouveau cœur de ville, plus naturel, convivial et accessible.
  • Création d’un refuge LPO et installation de nichoirs à oiseaux dans la commune pour lutter contre le déclin de la biodiversité.
  • Plan de gestion des espaces boisés en concertation avec l’Office National des Forêts
  • Avec les syndicats et structures d’agriculteurs, nous favoriserons l’installation des agriculteurs bio et l’accompagnement des agriculteurs à la conversion au bio.

Avec Nantes Métropole :

  • Amélioration de la fréquence et du cadencement du Chronobus et des autres bus, et prolongement de la ligne C7.
  • Aménagement de vraies pistes cyclables en priorité sur les axes principaux de la ville.
  • Réhabilitation de la voirie des bords de Loire pour sécuriser les espaces, en concertation avec les parties prenantes.

3. D’une manière générale, quels moyens allez-vous déployer et mettre en œuvre pour qu’un maximum de citoyens se sentent impliqués et participent pleinement à cette transition écologique ?

Notre politique sera sociale et écologique. Nous avons donc prévu de nombreuses actions, à court, moyen et longs termes pour faire de Ste Luce une ville plus verte qui préserve son environnement, adapte son cadre de vie et qui s’implique avec volontarisme dans la transition écologique. En particulier, nous préserverons les espaces cultivables afin qu’ils permettent à terme d’alimenter les cantines scolaires en aliments bio. Voici une liste non-exhaustive des actions que nous mènerons :

  • Soutien aux initiatives d’échanges entre les Lucéens (partage de savoir-faire, d’outils, vide-greniers thématiques...).
  • Accompagnement des Lucéens dans leurs projets de rénovation énergétique de leur domicile (conseils, micro-crédit…).
  • Création d’îlots de fraîcheur et mise à disposition d’espaces verts communaux pour que les Lucéens puissent les cultiver.
  • Transformation du cimetière en cimetière paysager après consultation des Lucéens.
  • Création de parcours de découverte avec des espaces d’observation pédagogiques et ludiques sur l’Île Clémentine, les étangs du Plessis, les zones humides et les bords de Loire dans le respect des milieux naturels.
  • Augmentation de la part du bio et des produits locaux dans la restauration scolaire.
  • Plan de réhabilitation énergétique des bâtiments communaux (les économies réalisées seront reversées aux citoyens engagés dans des démarches respectueuses de l’environnement).
  • Priorité à l’intégration des énergies renouvelables dans les projets de rénovation et de construction des bâtiments communaux.
  • Nouveau marché de fourniture d’électricité pour les bâtiments communaux, dans l’objectif de développer les énergies renouvelables.
  • Préservation des terres agricoles et pérennisation de ces terres pour l’agriculture.
  • Préservation des milieux naturels par une gestion différenciée respectueuse de la nature et des espèces.
  • Réhabilitation du Manoir de Bellevue en site pédagogique et scientifique, tout en conservant le centre de loisirs l’été
  • Plan de sécurisation des voiries pour ralentir les véhicules
  • Mise en place des parkings à vélo en cœur de ville"

THOUARE SUR LOIRE

Martine OGER - Vivre ensemble à Thouaré

"Nous partageons tout à fait votre avis quant à l'urgence d'agir pour protéger la nature, le climat, la biodiversité. C'est pourquoi l'Ecologie est une des 4 valeurs fondamentales de notre programme pour le mandat municipal 2020-2026 à Thouaré sur Loire.

Nous considérons que la mairie et les agents municipaux, en appliquant les éco-gestes et en faisant les bons choix d'investissements, doivent montrer l'exemple afin de réduire leur impact écologique. Mais nous considérons que l'enjeu le plus important est de sensibiliser et créer un effet d'entraînement de toute la population, dans sa transition écologique.

Les 5 principales actions que nous avons identifiées dans notre programme sont :

  • Créer une cuisine centrale pour les écoles, approvisionnée localement en produits bio.
  • Créer une ferme maraîchère à proximité de la ville, pour approvisionner en produits ultra-frais la cuisine centrale, constituer un outil pédagogique pour les enfants et être un démonstrateur de l'agriculture urbaine et éventuellement de permaculture.
  • Développer les pistes cyclables pour créer un réseau continu sécurisé.
  • Agrandir le parc des sports.
  • Mettre en place un budget participatif, pour réaliser les projets d'intérêt général qui seront portés par les habitants.

Vous pouvez constater que parmi ces 5 projets, les 3 premiers auront un effet direct sur l'impact écologique des Thouaréens.

Evidemment, notre projet comporte de nombreuses autres actions, comme la plantation d'arbres (1 arbre pour chaque naissance), la création d'îlots de fraîcheur, la remise en valeur des squares et jardins de la ville, la redécouverte de la nature et des bords de Loire, l'installation de composteurs collectifs, la réduction des déchets, etc... Vous trouverez ci-joint notre tract, diffusé ces jours-ci, traitant plus particulièrement de l'Ecologie.

Pour mener ces projets, ainsi que d'autres actions de sensibilisation, nous comptons nous appuyer notamment sur :

  • les 3 associations locales oeuvrant principalement dans le domaine de l'Ecologie : les jardins Famibio, l'Amap de Thouaré sur Loire et les Fritillaires. Ce lien sera d'autant plus facile que plusieurs de nos colistiers participent déjà activement à ces associations.
  • Pour le projet de ferme urbaine, nous avons prévu de prendre contact notamment avec le GAB44.
  • Nous souhaitons également solliciter les associations expertes de la Métropole, et notamment Place au Vélo, les boîtes vertes, compostri et Zéro Waste Nantes, ou d'autres associations de la région comme la Cicadelle.
  • Enfin, nous serions ravis de pouvoir établir un partenariat avec Ecopole. Pour impliquer tous les habitants dans la transition écologique de Thouaré sur Loire, nous leur donnerons la parole, notamment par des ateliers citoyens, pour qu'ils s'approprient les projets de la ville, et nous encouragerons et aiderons les habitants à mettre en œuvre leurs projets personnels, par exemple en matière d'amélioration énergétique de leur logement.

Nous espérons vous avoir convaincu de notre ambition pour la réduction de l'impact écologique de Thouaré et de ses habitants, et nous vous remercions de la publication que vous voudrez bien en faire, car nous souhaitons que les citoyens électeurs puissent prendre la mesure de la sincérité, la précision et le sérieux de nos engagements en matière d'Ecologie."

 


VERTOU

Delphine COAT-PROU - VerTou's écologie et solidarités au cœur de la gauche

"La transition écologique et les solidarités sont les deux pierres angulaires du programme que nous avons construit à partir des propositions de nos concitoyen.ne.s et récoltées lors de différents ateliers.

Notre principale action pour sensibiliser et impliquer la population sera la création d’un lieu dédié aux citoyen.ne.s ET aux enjeux environnementaux, lieu de réflexion, d’échanges, de conseil et d’accompagnement à la transition écologique. C’est au sein de cette maison écocitoyenne que nous mettrons notamment en œuvre des actions concrètes en direction des citoyen.ne.s, et avec l’aide des associations : sensibilisation aux questions de l’alimentation, conférences sur la gestion des déchets et la réduction des déchets, formations au compostage, ateliers de cuisine, ...

D’autres mesures complémentaires seront également mises en œuvre pour impliquer davantage les vertavien.nes : soutien aux circuits courts et aux potagers citoyens, création de composteurs collectifs, formation d’ambassadeur.ice.s du tri, mise en place de goûters « zéro déchet » au Centre de loisirs et à l’Ecole, organisation de nettoyages citoyens, création d’une brigade verte chargée de sensibiliser et d’améliorer la gestion des déchets, création d’outils pour aider les citoyen.ne.s à participer à la démarche de production d’énergie, ...

L’ensemble de ces mesures seront portées par une équipe municipale engagée et plus particulièrement par un.e élu.e adjoint.e à la transition écologique, véritable lien entre la municipalité, les citoyens et les associations comme la vôtre. Car vous avez raison, personne n’est plus en capacité de répondre seul aux défis environnementaux et sociaux majeurs auxquels notre planète et notre société sont confrontées. C’est ensemble que nous devons avancer.

Nous voudrions terminer en vous invitant à consulter l’ensemble de notre programme détaillant la liste exhaustive des mesures que nous mettrons en œuvre pour faire de Vertou une ville écologique. (http://vertous2020.fr). L’ensemble de ces propositions prendront place dans un plan qui sera engagé à court, moyen et long terme."


  • Contact(s)
    Christophe Lachaise
  • Téléphone
    02 40 48 54 54
  • E-mail
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.